F.A.Q.

Comment les jeunes apprennent les maths et français si personne ne leur enseigne ?

 

Les recommandations du Ministère de l’Education Nationale implique un suivi régulier du parcours. Nous proposons donc une évaluation en accord avec nos fondements, qui consiste en un entretien annuel entre le jeune et deux personnes de son choix pour poser ensemble, en auto-évaluation, ce qui a été appris, et questionner les besoins à venir.

 

 

Oui, mais le bac ?

 

 

Bien qu’apparues récemment en France, les écoles démocratiques de part le monde ne sont pas toutes jeunes. Plus de 50 ans d’expérience permettent d’observer qu’environ 80% des jeunes issus des écoles démocratiques passent l’équivalent du BAC et regagnent les études supérieures. Les autres ont tout simplement d’autres projets qui ne nécessitent pas ce type de parcours. (mettre le chiffre de l’éducation nationale ?)

Les jeunes peuvent-ils raccrocher avec le système classique ?

Au niveau des formalités :

Quelque soit son âge et son niveau, l’élève devra passer un examen pour accéder au public. Pour l’entrée au collège, il passera des épreuves de français et de maths, ainsi qu’une épreuve de langue vivante à partir de la classe de 5ème. En cas d’échec, si l’élève a moins de 16 ans, un redoublement peut être envisagé. Généralement, ces élèves passent ces examens avec brio !

Au niveau de l’ambiance :

La seule difficulté d’adaptation de ces élèves peut concerner l’ambiance de classe. En effet, un temps d’adaptation sera certes nécessaire ( de quelques jours à quelques semaines maximum ) car il faudra se réhabituer à un environnement plus bruyant, plus agressif et moins bienveillant. Le climat est également forcément moins familial, notamment à cause des classes avec des effectifs plus nombreux. Cependant, la grande majorité des enfants sortant de classes alternatives possèdent d’impressionnantes facilités à s’adapter aux situations nouvelles, notamment parce qu’ils ont confiance en eux et en leurs capacités, des forces nécessaires à la construction d’un enfant qui leur ont été transmises par une éducation positive. 

Au niveau des programmes :

Les habitudes de travail et d’enseignements seront également certainement différentes. Mais rappelons tout de même que le passage de la primaire au collège est de toute façon un grand changement pour n’importe quel élève ! Pour certains, il faudra peut-être s’adapter à la notion d’évaluations, de devoirs, à la rareté des sorties… Mais bien souvent, leurs capacités notamment en terme d’autonomie leur permettent d’appréhender très facilement ces nouvelles manières de travailler. Une fois cette période de transition achevée, ces élèves issus d’écoles alternatives révèlent de nombreux atouts !

De véritables atouts pour les autres élèves

Ces élèves sont autonomes, et doués dans de multiples domaines, comme la capacité de monter des projets en groupes ou encore de s’exprimer à l’oral. Leur savoir-être en matière de relationnel, de gestion de conflits, les aident bien souvent à s’intégrer très facilement dans la vie de la classe. D’ailleurs, nombre d’entre eux se révèlent être de vraies locomotives pour leurs camarades, en devenant délégués de classe par exemple. Enfin, les retours des anciens élèves et leurs parcours professionnels se veulent très rassurant : leur taux de réussite au bac et aux examens du supérieur est plus élevé que la moyenne. A l’inverse, ils sont moins au chômage que la moyenne. Et surtout, ils sont des adultes épanouis et accomplis !

L'école Les Entrelacs forme-t-elle des jeunes employables ?

Le résultat des récentes études (WEF forum DAVOS 2016) montre que les employeurs misent de plus en plus sur les “soft skills”, c'est à dire sur les qualités humaines.

Aujourd'hui, être employable signifie avant tout avoir développé son esprit critique, sa créativité, son intelligence émotionnelle, sa capacité de coordination avec les autres, sa capacité à s’organiser dans un écosystème complexe et prendre des initiatives. Il s’agit donc de soutenir dès le plus jeune âge les postures pertinentes.